Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mano a mano

VIBRATO : PETITS VIOLONS CONTRE L’EXCLUSION

4 Septembre 2017, 14:06pm

Publié par mano a mano

Un film de Mylène Sauloy

26' / ARTE

 

D'un côté, un bidonville, un vrai, poussé sauvagement autour de voies ferrées, avec des baraques en mauvaises planches et tôle ondulée, des chemins défoncés, des mômes nus pieds jouant sur les décharges, une tension omniprésente – provoquée par de jeunes drogués qui peuvent exploser en violence à tout moment.

 

De l'autre, une jeune musicienne de la bourgeoisie de Rosario, Derna Isla, qui rêve depuis l'adolescence de donner à la musique une fonction de « réparateur social ». En 2001, au beau milieu des émeutes en Argentine,  elle imagine de donner des violons aux enfants de la zone.. les enfants de la crise. Et elle baptise son idée « Vibrato »

 

Aujourd'hui, dans le bidonville Luduenia, la musique n'a pas totalement couvert le vacarme des trains, et les enfants travaillent toujours pour aider à l'économie familiale. Ignacio, 7 ans, fait de la récupération de cartons la nuit avec ses frères, juché sur un chariot tiré par un petit cheval.Mais il prend un cours de violon avant d'aller au boulot... Nicolas, 10 ans, gagne trois sous avec son papa en coupant les herbes folles, puis file jouer du violoncelle. Et Mariana, 11 ans, offre tous les matins un concert de violon aux poules de la famille – la maman lui a acheté son violon en vendant des oeufs !

 

A l'école du quartier, la directrice n'en revient pas : comment des enfants qui ont tant de mal à apprendre à lire et écrire peuvent-ils lire des partitions et jouer du Bizet ? Mieux, des mômes difficiles, indisciplinés en classe, jouent maintenant dans un grand orchestre qui se produit sur les scènes les plus prestigieuses de Rosario – la ville qui a donné Che Guevara au monde !

 

Les autorités culturelles de la municipalité s'en félicitent ! Le comportement de ces enfants a changé, ils se respectent et respectent les autres. Et depuis quelques années, Vibrato gagne au vote populaire  le « budget participatif » attribué pour des projets présentés par la population.  Ce sont les mamans des petits maestros qui ont fait de la musique une priorité vitale pour leurs enfants.

 

Derna dirige aujourd'hui une école-orchestre de plus de 200 enfants ! Et son ami le vieux prêtre, el padre Edgardo, qui fait tourner des cantines populaires avec les mamans de Luduenia depuis 40 ans, trouve que la musique est un excellent complément alimentaire de l'âme, pour que ces enfants promis à un avenir de précarité et violence, recouvrent la dignité. Et Alexis, 13 ans, percussionniste de Vibrato, planté dans son univers précaire de tôle et cartons, de conclure : « mon rêve; c'est que tous les enfants qui vivent dans de sales quartiers nous entendent jouer, et sentent ce que nous sentons quand nous jouons ». Vibrato, la musique contre l'exclusion.