Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mano a mano

VICTIMES DE LA BOMBE ATOMIQUE FRANÇAISE

6 Septembre 2017, 11:01am

Publié par mano a mano

Un film de  Jean-Philippe Desbordes et Christine Bonnet
Une production mano a mano & Archipel production
70' / France 2

Ce film raconte deux histoires à jamais mêlées, celle de Bernard Ista et celle de la bombe atomique française. Leur première rencontre à lieu dans le désert algérien en 1960, lors des premières expérimentations de la bombe A. Leurs adieux se feront en 1995,  dans l’atoll de Mururoa, lors des derniers tirs de la bombe H.

35 années d’une aventure commune exaltante et tragique. En 1998, Bernard Ista décède des suites d’un cancer.

Tout commence en 1960,  Bernard Ista est ingénieur et rêve de faire le tour du monde… Il entre au Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA). De 1960 à 1995 et avec l’autorisation de ses supérieurs, Bernard Ista filme sur tous les champs de tir et pour tous les essais. Il filme et écrit au quotidien la chronique de ces 35 années, le survol du pas de tir comme les jeux et les fêtes entre copains, les essais atmosphériques comme les baignades familiales dans le lagon, ses enthousiasmes de jeunesse comme ses doutes d’homme mur.

Il en est mort, les amis aussi… Où ont-ils été contaminés ? Au Sahara ? En Polynésie? Au labo à Paris ?

Les images et les carnets de Bernard Ista montrent et racontent le contrechamp de cette aventure que fut la construction de la bombe atomique française et l’acquisition d’une politique de défense indépendante. Loin du  réquisitoire militant, son récit quotidien anime de l’intérieur les 35 années que dura le face-à-face des militaires et des civils avec la bombe. Il humanise et complète ainsi l’histoire officielle telle qu’elle est écrite dans les films du service de cinéma des Armées.

Après 50 ans de « secret défense », l'Etat a adopté en  en janvier 2010 une loi de reconnaissance et d'indemnisation des victimes des essais nucléaires français. « Victimes de la bombe atomique française », réalisé à partir des images inédites et des carnets de Bernard Ista, est un hommage posthume aux vétérans  et aux victimes civiles, algériennes et polynésiennes, des essais nucléaires français.

Au total, 150 000 personnes, engagés, appelés du contingent, militaires de carrière ou civils du CEA ont participé aux  210 essais nucléaires français.  Nombreux sont ceux qui aujourd’hui souffrent  de pathologies graves ou sont morts.