Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mano a mano

KOSOVO, LE TROU NOIR DE L'EUROPE

6 Septembre 2017, 10:00am

Publié par mano a mano

 

Un film de Baudouin Koenig
52' / France 5

Le Kosovo, est une province serbe peuplée à 90% d'albanais, administrée depuis 1999 par l'ONU après l'intervention militaire internationale pour mettre fin à la politique de purification ethnique menée ici par Slobodan Milosevic.

C'est la dernière pièce du puzzle balkanique qui attend d'être fixé sur son avenir.

La majorité albanaise réclame l'indépendance. La minorité serbe repliée au nord de la rivière Ibar, ou cramponnée dans des enclaves disséminées dans toute la province, la refuse sans condition car le Kosovo est le cœur historique et religieux de la Serbie.

Pendant que les négociateurs de l'ONU, Maarti Ahtisaari et Albert Rohan, réunissent à Vienne les dirigeants albanais du Kosovo et serbes pour tenter de définir un statut qui garantira la stabilité de la région, nous découvrirons à Mitrovica, des deux côtés du pont, ce qui partage et sépare les kosovars.

 

Serbes et Albanais partagent une situation économique catastrophique (77% de chômage, 5O% de la population sous le seuil de pauvreté, pas d'électricité, …). Malgré les milliards d'aide internationale, l'administration intérimaire des Nations Unies (MINUK) s'est montré incapable de faire redémarrer une vie normale et il est facile pour les nationalistes des deux bords de désigner l'autre, comme le responsable de sa misère.

Autre échec de 7 ans d'administration internationale: la liberté de circulation, symbolisée par le pont de Mitrovica qui ne relie plus personne. L'équipe de basket de Mitrovica doit faire un détour de 100 km sous escorte policière pour venir jouer dans gymnase qui se trouve à Mitrovica sud.

 

Le point noir c'est la question de la justice qui n'a pas été rendue aux victimes, qu'elles soient albanaises mais aussi serbes (même s'il ne s'agit pas de tirer des parallèles). " Ce sont d'ailleurs quasiment  les mêmes personnes impliquée aujourd'hui dans le crime organisé qui ont commis dans le passé des crimes contre l'humanité." Nous déclare Oliver Ivanovic, député serbe du Kosovo.

 

Nous demandons à ceux qui dirigent la région (administrateur de l'ONU, responsables militaires et politiques) de réagir aux questions quotidiennes qui nourrissent le ressentiment contre ceux de l'autre côté, mais de plus en plus contre les étrangers (hier accueillis comme des libérateurs et aujourd'hui ressentis comme des colonisateurs). Jacques Rupnik, chercheur (CERI-Sciences Po-CNRS) et rapporteur des commissions d'enquête sur les Balkans et sur le Kosovo, remet l'histoire en perspective.

 

Le film est diffusé au moment où le Conseil de Sécurité de l'ONU débat avec véhémence de l'avenir de la province et où la Russie brandit son droit de véto. Nous découvrirons que derrière la question de l'indépendance du Kosovo, au-delà de la stabilité des Balkans, c'est la stabilité de l'Europe toute entière qui est en jeu.