Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mano a mano

LA POUDRIÈRE DU CAUCASE

6 Septembre 2017, 09:31am

Publié par mano a mano

 

Un film de Frédéric Tonolli

52' / france 5

 

Un road-moavie par les montagnes du Caucase, un voyage au pays de mes origines, sur les traces de mon grand-père arménien, une route où les montagnes et les hommes sont meurtris par les guerres. Un voyage de doutes qui me conduit chez le maître de la région, le pétrole.

 

Le Caucase sud. Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie. Une mosaïque de peuples, de langues, de religions. Une véritable poudrière. Hier sous l’emprise de la toute puissante Union Soviétique, aujourd’hui trois républiques indépendantes. Mais trois républiques meurtries par des guerres et des mouvements séparatistes. Mais le Caucase et riche du pétrole de la Caspienne. Alors américains et russes se disputent pour son contrôle. On appelle ça, le grand jeu.

C’était à Bakou le 20 septembre 1994. Le président azerbaïdjanais Heydar Aliev  et huit grandes compagnies pétrolières internationales signaient pour 30 ans un contrat d’exploitation du pétrole de la mer Caspienne.

La troisième réserve mondiale d’hydrocarbure.

On parle alors de contrat du siècle,  mais le plus compliqué reste à venir. Sortir le pétrole, le transporter vers l’Europe, via la Turquie.

Pour les américains, il est vital de laisser russes et iraniens hors de ce grand jeu. Alors c’est eux qui choisissent les routes et les axes d’exportations. Ils font et défont les alliances dans la région.

Le tracé le plus direct, le plus économique passe par l’Iran. Refus des Américains.

Un autre projet traverse l’Arménie pour accéder directement aux terminaux en  Turquie. Refus de l’Azerbaïdjan toujours en situation de « ni guerre, ni paix » avec l’Arménie à propos du Karabakh.

La seule voie possible monte tout au nord, par la Géorgie. 600 km de détours et des millions de dollars en plus : Bakou, Tbilissi, Ceyhan, 

le BTC est né.

La plus importante infrastructure de transport pétrolier au monde, un projet pharaonique de près de quatre milliards de dollars.

Avec ses 1760 kilomètres  pour transporter chaque jour un million de barils venant de Bakou, de la Caspienne, vers la Méditerranée, le BTC représente une manne financière pour les pays traversés.

Depuis la mise en chantier de l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceylhan, toutes les infrastructures,  pipe-line, routes, chemins de fer, visant à faire du Caucase une zone de transit contournent l’Arménie…

« Ni guerre, ni paix », alors le pays  meurt sous le blocus…

Tandis que le pétrole serpente sans visa entre Mer Caspienne et Méditerranée, les guerres et les frontières qui séparent l’Arménie de l’Azerbaïdjan, de la Géorgie et de la Turquie, enferment les peuples dans de vieilles haines nationales ou religieuses.

Mais du pétrole ou de ces fantômes, seul l’avenir dira qui menace le plus les fragiles démocraties du Caucase.