Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
mano a mano

Burkina Fasso, les enfants de la mine

2 Décembre 2001, 13:20pm

Publié par mano a mano

Un film de Fulvia Alberti et Baudouin Koenig
26' Arte Reportage

Vincent a 9 ans, il est né à la lisière du Sahel, ravagé par la sécheresse. Tous les matins avec sa pioche et la lampe de poche qu’il fixera à sa tête par un bout de chambre à air, il parcourt la piste poussiéreuse qui mène de son village au site aurifère de Gorol Kadjel. Presque avant d’apprendre à parler, il a appris à grimper à travers les boyaux abrupts qui ont été creusés par ses aînés dans une ancienne mine abandonnée par le Gouvernement, jugée peu rentable. Il passe au moins huit heures par jours à creuser : s’il trouve de l’or, il en gardera 1/3 et donnera les 2/3 au propriétaire du « trou ». S’il n’en trouve pas , il n’aura même pas de quoi acheter un déjeuner frugal dans une des petites échoppes qui se multiplient autour de la mine, et qui vendent à la fois de l’outillage, des cigarettes et des bonbons. Parfois Vincent travaille la nuit, quand les adultes qui sont descendus pendant la journée veulent bien lui laisser leur place. Il lui arrive de croquer des noix de cola ou d’ avaler des amphétamines, pour tenir le coup. Cependant au Sahel garçons et filles, tous vont à la mine, poursuivant le mirage de la richesse facile. Et lorsqu’un garçonnet se pointe en courant, criant à tue-tête qu’on a trouvé de l’or à deux kilomètres de là, tous comme un seul homme se lèvent, ramassent leurs pioches et courent s’assurer les premières, commençant dès leur arrivée à creuser sans se poser des questions. Jusqu'à ce qu'on découvre que ce n'était qu'une rumeur : le nuage de poussière retombe avec l’espoir, et les mineurs s’en reviennent aux galeries avares qu’ils connaissaient déjà.